Les marées

Tout d'abord, regardons la définition qu'en donne. I NEWTON :

"La marée est un mécanisme simple, difficile à expliquer!"

Mais essayons quand même :

La Marée c'est un peu comme une respiration de l'Océan... Chaque jour en un même lieu, la mer monte, puis redescend, cette oscillation périodique du niveau de la mer s'appelle : Marée.

Ce sont les astres, principalement la lune et le soleil, qui engendrent les marées. Parce que la lune gravite autour de la terre et que le couple terre-lune gravite autour du soleil, les forces gravitationnelles mises en jeu se combinent et attirent la surface déformable de l'eau "en faisant monter le niveau" de la mer en un lieu donné. Ceci crée une onde de marée amenant la pleine mer. Puis, la position des astres étant en perpétuel mouvement, le lieu ne se trouve plus sous l'effet maximal d'attraction et le niveau de la mer redescend à nouveau, dans ce lieu, jusqu'à la basse mer.

Mais il y a d'autres phénomènes plus complexes qui contribuent également aux mouvements des marées, mais qui ne rentrent pas dans le cadre de ce petit exposé.

Quelques termes explicitant la marée :

Pleine mer : niveau le plus haut atteint par les eaux en fin de flot.

Basse mer : niveau le plus bas atteint par les eaux en fin de jusant , avant le flot.

Etale : Période de temps pendant laquelle le niveau des eaux ne "semble" pas bouger.

Estran : partie du littoral située entre les niveaux connus des plus hautes et des plus basses mers.

La plage, un jour de tempête

C'est lors des grandes marées de vives eaux, quand la mer se retire et que l'on bénéficie d'un vent de terre, que l'on peut découvrir les plus belles algues rouges.

Au sujet des marées, il est à noter quelques bizarreries relevées dans le dictionnaire de marine du vice amiral Willaumez de 1825.
La marée de morte eau (petit coefficient) est appelée marée bâtarde.
La marée de vive eau (grand coefficient) marée maline.
Dans ce même dictionnaire, confirmé par celui de l'Académie française de 1821, on trouve le terme de "èbe", synonyme de jusant ou reflux.

Rudyard Kipling nous donne une autre explication plutôt poétique de la marée :
"Ce phénomène serait du à un gigantesque crabe nommé Pau-Amma, qui au tout commencement, désobéissant au créateur sortait deux fois par jour de la mer pour chercher sa nourriture. Sa taille était telle, qu'en rentrant dans son élément, il le faisait déborder.
Le Créateur excédé, punit le crabe en le réduisant à sa taille actuelle."

Dans "Études de la nature" de Bernardin de Saint Pierre (1737-1814), on trouve : "Les marées viennent de la fonte des glaces polaires, et les mouvements de l'océan sont la résultante de la chaleur du soleil, les effets sont les courants".

Heureusement aujourd'hui nous avons une autre vision du phénomène des marées et c'est bien heureux .

 

Anatife

Hermelles

Mise à jour le Lundi, 23 Janvier 2017 16:53